Scarna Fishing : Interview de Tosh !

Scarna Fishing : Interview de Tosh !

6 mars 2020 1 Par Tom Court

 

Je te partage aujourd’hui une interview que j’ai eu la chance d’animer. En effet, j’ai interviewé Tosh de la très connue chaine de pêche : SCARNA FISHING. Une discussion très intéressante avec beaucoup de thèmes abordés ( voyages de pêche, avenir de la pêche en France, conseils pour les débutants ). Une transcription texte de ces quelques 48 minutes d’échange est disponible plus bas 👇👇! Excusez les quelques fautes d’orthographe ainsi que de mise en page, les transcripteurs automatiques sont parfois très sensibles !

 

Voici quelques liens qui vous seront utiles :

👉 La chaîne YouTube SCARNA FISHING.

👉La boutique en ligne pour se procurer le Fat Boy Swim.

👉Suivez-Moi sur Facebook, ainsi qu’Instagram.

Je te laisse de suite avec la vidéo.

 

 

Transcription texte :

 

Tom Court : Salut à toi et bienvenue sur ma chaîne youtube ou sur mon blog apprendre-la-pêche-en-ligne.com. Aujourd’hui je suis avec Tosh. C’est Anthony de la chaîne Scarna Fishing. C‘es une chaîne youtube qui compte 80 mille abonnés et donc c’est une chaîne qui cartonne. Elle est même dans le top 5 des chaînes de pêche en France. Donc c’est pas rien ! Aujourd’hui j’ai la chance d’animer cette interview et on va commencer par la première question, une question simple : 

 

1 ) Est-ce que tu vas bien Tosh ?

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Si je vais bien, ouais parfait ! Si euh, en terme de vie de tous les jours ça va. En terme de vie de pêcheur c’est un peu un peu moins bien parce que écoute on a … tout est fermé. C’est compliqué je cherche désespérément quoi faire c’est un peu compliqué là. La truite n’est pas encore ouverte, même si techniquement on peut la pêcher nous sur les secteurs en seconde catégorie. Puisque chez nous ça ferme pas la seconde catégorie en Aveyron. Mais par principe un peu on attend quand même l’ouverture c’est une habitude qu’on a depuis toujours. Et j’atteins j’aime bien attendre moi le jour d’ouverture. C’est bête mais c’est comme. Alors je cherche, là y’a pas longtemps, je suis allé essayer de pêcher du barbeau sans trop de réussite.

Ouais je cherche quoi faire un peu. C’est un peu tristounet…

 

Tom Court : Ben c’est l’hiver quoi, c’est la période creuse on va dire et après il y a tout le monde. Bon du coup, avant de commencer les questions,  je te remercie quand même de prendre ton temps pour du coup me l’accorder. C’est sympa de ta part ! Franchement ça fait plaisir !

 

 

2)  Du coup, pour les personnes qui ne te connaissent pas, est ce que tu peux te présenter ! Pourquoi tu as commencé la pêche ?  A quel âge ? Grâce à qui ? Est ce que tu as une chaîne youtube ? Etc …

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : A chaque fois je vais essayer de répondre pour Canito enfin du moins de ce que je sais. Je m’appelle Anthony et bon, plus connu sous le nom de Tosh du coup sur internet ! Et donc pêcheur depuis belle lurette maintenant. J’ai commencé de mémoire autour de mes des dix ans je pense. A l’heure actuelle j’ai bientôt 38 tu vois ça fait quand même un bail.

J’ai pêché dans ma vie alors j’ai eu beaucoup de parcours différents pour la pêche. J‘ai commencé par la pêche au coup la pêche au coup en compétition en fait pendant peut-être, je dirais jusqu’à mes 18 ans. C’est ce qui me branchait le plus. La pêche à la canne longue canne c’était c’était la pêche sur poste. J’ai adhéré un club il chez moi ici là où j’ai fais des compètes. Avec plus ou moins de réussite mais quand même quelques quelques résultats. J’aimais bien le côté sportif le côté me mesurer à d’autres pêcheurs sur des bourriches de gardons, d’ablettes, de carpeaux voilà ….

 

Tom Court : Une pêche ludique !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Ouais voilà, et à côté, ludique mais déjà très technique. Le côté amorce et tout. Mes parents avaient un magasin de graineterie si tu veux. Donc j’avais déjà un avantage par rapport à d’autres parce que je pouvais faire mes amorces moi même à la maison avec mes propres produits !

 

Tom Court : C’est plutôt cool !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Ouais c’était pas mal et ça, à côté je pêchais à la truite parce que chez nous on a une très très belle région à truites. Et historiquement parlant dans le sud de l’Aveyron en tout cas chez nous il y a beaucoup de gens qui pêche la truite. Mais à l’époque je pêchais au toc, plus au toc et à la mouche. Je faisais mes mouches et aux fouets. Ça c’était mes débuts.

Et après j’ai basculé sur le carnassier un peu plus tard je dirais entre 14 et 18 ans. Après 18 ans les études ont fait que je suis allé à Toulouse pour commencer mes études pendant 6 ans. Et à l’époque il n’y avait pas beaucoup de street fishing tu sais. Donc du coup je retournais pêche que une fois de temps en temps en rentrant dans l’Aveyron.

Et voilà ça me manquait un peu et puis après j’ai eu je dirais jusqu’à mes… j’ai repris… fin j’ai péché comme ça pendant pendant pas mal d’années . Toujours à la, plutôt à la mouche au fouet. Et puis vraiment après le carnassier c’est venu il y a je dirais peu près une dizaine d’années maintenant. Et puis voilà et depuis que je me suis vraiment ré-équipé pour le carnassier. C’est à dire voilà… Je m’y suis remis vraiment, quand je suis rentré habiter dans l’Aveyron en faite. Quand je suis rentré ici, je me suis dit bon là, la vraiment j’y vais. J’y vais à fond et je me suis équipé et depuis et bien, à fond tout le temps !

Et Jerem lui, il a eu un peu le même parcours que moi à la différence près que lui a beaucoup péché la carpe. Ce que j’ai rarement fait … Avec Jérémy on s’est connus carrément autre chose que de la pêche. On s’est connus dans un groupe de musique puisque on est musicien tous les deux. Et c’était il y a maintenant plus de  15 ans et on à pêcher la carpe ensemble, on a pêché à la mouche ensemble au début. Et après on s’est mis tous les deux aux carnassiers en même temps. Donc il y a un peu moins qu’une dizaine d’années.

 

Tom Court : Bon bah c’est bien ! Et du coup aujourd’hui tu as une chaîne youtube donc qui s’appelle Scarna Fishing. C’est une chaîne youtube qui cartonne quand même puisqu’elle a plus de 80 000 abonnés !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Ouais, 80 000  abonnées, depuis quelques jours ouais c’est ça !

C’est un chiffre qui nous surprend toujours autant. C’est à dire quand on a monté la chaîne, déjà on n’était pas très familier de youtube honnêtement. J‘étais par contre très très fan des vidéos de pêche depuis toujours. J’étais très fan des vidéos de pêche à la mouche. Notamment tout ce genre de film qu’on peut retrouver dans des festivals. C‘est à dire des films de pêche mais qui ont vraiment un côté esthétique très très avancé, très poussé. Et puis une pêche aussi technique comme on peut retrouver pour les marques qu’ils apprennent à pêcher et tout ça ! Donc très très fan des vidéos et un certain goût aussi pour pour le septième art quoi aussi.

Moi j’ai toujours travaillé dans l’audiovisuel. Donc j‘ai toujours porté un oeil un peu un peu avisé/critique sur les images. Et quand j’ai commencé à faire des vidéos un peu sérieusement la sur la pêche, je me suis dis quand même que je vais essayer d’y mettre ce petit grain que j’aime bien. Ce petit côté ce petit côté esthétique !

 

Tom Court : Ben c’est vrai parce que maintenant tes vidéos c’est plus des mini-films quoi c’est des petits documentaires.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : C’est ce qu’on essaye. Notre cahier des charges, si il en avait un sur scarna se serait qu’à chaque vidéo même qu’elle dure 10 minutes qu’on prenne le gars, le spectateur avec nous. Si on part du bord, il est avec nous, il faut vraiment que les spectateurs soient vraiment avec nous.

Et comme la pêche c’est ce qui, ce que j’aime bien dans le monde de la pêche. C’est que chaque sortie c’est une mini aventure en soi. Qu’on aille en bas de chez soi ou à l’autre bout du monde il se passe toujours des trucs quoi. Il y a des poissons, il n’y a pas de poisson mais des fois il y a des galères des fois il y a des réussites. Il se passe toujours des trucs donc c’est presque facile. Si tu veux même en 10 minutes de raconter une histoire avec des vidéos de pêche. Ça fait maintenant 6 ans et honnêtement chaque vidéo encore moi je m’en lasse pas. Chaque vidéo est nouvelle et est différente donc c’est top !

 

 

3)  Et donc du coup cette idée de créer ta chaîne youtube c’est venu d’une volonté de partager avec les personnes ou simplement d’avoir un carnet de pêche sous forme de vidéos ? et après ça a pris de l’ampleur ?

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : C’est exactement ça en fait. C’est à la base c’était pas du tout destiné à être diffusé nulle part ou quoique se soit. C’était vraiment mon journal de pêche en fait. Après avoir repris la pêche aux carnassiers notamment je m’étais vraiment mis une certaine discipline dans ma pêche c’est à dire au niveau des techniques au niveau du tout et je voulais vraiment pas refaire les erreurs que j’avais fait quelques années avant c’est à dire je voulais vraiment cette fois-ci gagner en l’expérience vite et pour ça il y avait rien de mieux que de tout noter de tout garder en mémoire et de voilà.

Et j’ai, comme j’aime la vidéo comme je te disais  au lieu de marquer tout dans un carnet comme je le faisais à un certain moment plutôt je me suis dit je vais m’acheter une petite Gopro et puis je vais aller filmer mes sorties. Comme ça je vais essayer de re visionner ce qui s’est passé et essayer de corriger 2-3 trucs. L’idée s’était vraiment de garder des rushs pour moi comme des archives pour pouvoir me replonger dedans si jamais je voulais m’améliorer techniquement parlant.

Et puis en faisant ça j’ai fini sur youtube donc pour x raison, comme tout le monde pour essayer de grappiller infos à droite à gauche. Et à l’époque il y avait déjà quelques youtubeurs. Il y avait déjà Aminiak, il y avait déjà Feeling Fishing qui commençait, il y avait aquabidule35 qui faisait des premières vidéos de pêche. déjà feeling fishing qui commençait.

Je m’étais dit, tiens c’est sympa ce que font ces gars ben moi mes vidéos du coup je vais les mettre mais pas pour toucher les publics mais juste pour les mecs qui pêchaient dans le même ruisseau que moi. Mais vraiment c’était très très local. Moi je Pêchai un certain ruisseau et j’avais vu qu’il y avait un gars qui avait pêché Ce ruisseau deux ans avant qui avait mis une vidéo Mais aussi pourri que les mienne c’est à dire que même pas on parlait… 

Il l’avait mis sur YouTube et je me suis dit c’est vachement intéressant lui a partagé son truc même si j’apprenais quelles cuillers il utilisait, quel leurre et puis je vais mettre les miennes ça coûte rien et ça se trouve le mec il va tomber sur ma vidéo et il va se dire : tiens vs-y ce mec il pêche comme ça c’est intéressant.

Donc j’ai mis mes premières Vidéos comme ça sans montage sans rien. Et puis ça a fait 10 vues, 20 vues après il ya eu un commentaire, puis après des abonnés puis ah c’est marrant, il y a des gens qui suivent. Ça doit Être des gens de mon bled/ Et puis au final le côté amour de la vidéo à très vite fait que j’ai un peu soigné. Quand je dis soigner, pour moi le but c’était vraiment de faire très vite, pas passer de temps la dessus.

Mais je me suis dit bon, je vais mettre un peu de musique, je vais monter le truc. et puis après bien sûr plus la qualité augmente et plus les abonnés augmente et voilà et au final je me suis attend Faut faire un truc c’est marrant ça monte ! Faut produire ! Et on l’a fait avec grand grand plaisir !

 

Tom Court : Parce que aujourd’hui du coup les vidéos c’est toi qui les monte ?

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  :  Ouais en grande partie. On va dire que 9 vidéo sur dix c’est moi qui la monte jerem lui Canito lui peut être amené à monter des vidéos qu’en moi je suis un peu à la bourre. A ce moment la, heureusement qu’il est là pour prendre de relais et tu sais avec le côté atelier le côté …  Jerem il est un peu comme moi, il est assez créatif tout ça donc il Peut monter des vidéos aussi voilà mais voilà. Des fois il me soulage un petit peu.

 

Tom Court : Ça va tu fais un bon boulot parce que c’est quand même bien fait !

Alors du coup l’année dernière il y a quand même eu un événement en fin d’année qui a un petit peu marqué l’histoire de scarna on va dire. Puisque vous avez lancé votre premier leurre. Made in Aveyron Millau c’est ça ?

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Moi je suis à Millau même et Jérémy habite à Sainte Eulaly de Cernon, un tout petit village perché sur le Larzac. C’est là haut que Jerem dessine tous ses leurres, les prototypes. Il a un atelier où il bricole à mort. L’atelier change très très régulièrement parce qu’il s’équipe énormément ! La il y a pas longtemps je sais qu’il a acheté une imprimante 3D. Hier encore, j’étais avec lui, il me montait des nouveaux prototypes. Il a de la place chez lui …

 

 

4)  Du coup vous avez lancé votre propre, votre premier leurre qui s’appelle le fat boy swim est ce que tu peux nous expliquer pourquoi vous avez choisi un shad et non pas un finess, pourquoi cette taille de leurre, les poissons qu’il cible ?

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Je vais un peu parler au nom de Jerem mais bon, car c’est lui qui a connu à 100 % leurre. Je suis très fan. Disons que lui, son travail, il crée et il revient vers moi pour me demander mon avis. Mais moi je lui donne que mon humble avis. Si il y a des choses, où je trouve il se trompe tout ça, je lui dit franchement et souvent il m ‘écoute. C’est pour ça que c’est chouette de bosser avec lui.

sur le fat boy swim donc leurre souple, c’était pour nous une évidence parce que c’est quand même bon, les leurres qui sont faut les plus connus le shad notamment qui sont les leurres les plus utilisés tout simplement en France. On pensait tout simplement aussi on voulait vraiment créer quelque chose de, qui aille toucher un maximum de gens notamment pour en vendre le plus possible. Mais aussi un produit qui puisse s’adapter à tous les pêcheurs. C’est pour ça qu’on est pas parti sur un produit trop petit trop gros trop typique.

L’idée c’était d’avoir un leurre souple mais à quoi cela servirai de faire un n ème One Up ou un n ème keitech ? Sachant qu’en plus on connaît tous les formes de ces leurres la. On voulait quand même, on tenait vraiment à essayer d’apporter quelque chose de nouveau enfin de nouveau quelque chose qu’on voyait – du moins sur le marché actuel.

Le cahier des charges du fat boy swim, il était très simple c’était d’avoir un leurre pas trop gros mais qui bouge énormément d’eau. Maintenant, on trouve de plus en plus de finess, de pêcher avec des leurres de plus en plus fin. Qui finalement, ont dans l’eau des animations assez minimalistes. Je pense à l’easy chiner de chez Keitech qui est un leurre très très plat sans relief…

 

Tom Court : Oui, donc les vibrations ne sont pas hyper présentes.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Non c’est très fin. En fait, même un gros easy shiner c’est un leurre qui va faire très peu de vibrations. Chez nous, on voit énormément de gens pêcher plus qu’avec ça et on s’est dit tiens on va essayer de revenir sur des leurres qui ont marché à l’époque notamment le je pense au big hammer de chez Lunker City ou des leurres comme ça qui brassent énormément d’eau.

Nous on a voulu partir sur le côté opposé c’est à dire un leurre avec une grosse densité, un gros volume qui nage d’une manière assez exagérée. C’est un leurre qui nage très très lentement. On aime bien la pêche à la verticale donc parfois on aime bien pêcher très lentement. L’idée, c’était d’avoir un leurre qui brasse beaucoup d’eau et en taille donc tu vois le premier modèle il est sorti en 11 cm et en plus de ça on voulait un plastique plutôt souple à la manière d’un one up ou d’un black minnow.

On voulait vraiment trouvé cette limite extrême ou le plastique est très souple mais aussi assez solide pour résister à plusieurs prises. Honnêtement, on pense l’avoir trouvé. On pense avoir trouver vraiment, alors le mélange de plastique c’est subtile. Il y a beaucoup de plastique différents, c’est une formule secrète. Mais vraiment à force de recherches, on pense avoir trouvé le juste milieu.

C’est à dire, avoir un plastique qui est tendre, pour le sandre on est sûr maintenant, que le plastique tendre ça fait parfois la différence. Pas toujours, mais souvent dans l’année, c’est plus homogène. On a plus de touches surtout sur des plastiques plutôt souples. Voilà, le cahier des charges du Fat Boy c’était ça.

 

Tom Court : Du coup les poissons qu’il vise c’est plutôt en vertical le sandre, donc les percidés, et après en linéaire le brochet pourquoi pas le black bass ?

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  :  Ouais, nous on a testé pendant plus d’un an dans un petit réseau interne

donc nous et des amis, des amis qui sont guide qui ont pu l’amener l’amener un peu à l’étranger…

 

Tom Court : Oui, vous l’avez essayé un petit peu pour avoir des retours et faire une moyenne.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Voilà, c’est ce que les gens voient, même parfois on peut nous le reprocher de jouer un petit peu sur Le côté : vu qu’on a du monde qui nous suit on peut presser les choses; On a eu ce retour de gens qui nous connaissent mal qui nous disent ah ben voilà maintenant vous avez fait tant de vues, vous sortez tant de leurres à l’arrache pour pour en vendre au maximum.

 

Tom court : Oui, mais ils ont pas vu le travail derrière.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Ils ne voient pas le derrière. On les sort avec presque un an de décalage. Ils sont testés ! On va pas s’amuser à vendre des leurres qui pêche pas ou qui pêchent mal. Quand on a sorti le Fat Boy swin, honnêtement, on pensait vraiment à sortir un produit béton et on le pense toujours.

 

Tom Court : Surtout que vous avez eu de bons retours !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Ah, quand on voit les retours que l’on a, je sais pas si tu as vu les publications qu’on a fait récemment reçoit des plaquettes et des plaquettes de photos de résultats des gens qui Battent leur record très régulièrement, des guides de pêche également. On a des amies qui sont guide de pêche qui font des cartons avec. Même en France qui nous dise honnêtement la, il y a un leurre qui le fait et on est très très content de ça !

Les retours ont les prend vraiment en compte, et pour l’instant, à l’heure actuelle, on est ultra ravi des retours que l’on a. Autant au niveau des prises qu’au niveau de la technique et de la solidité au niveau des choses comme ça donc ouais alors pour les poissons tu parlais des poissons ciblés et il y a bien sûr le sandre, la perche, c’est les poisson qu’on fait le plus avec. Le brochet bien évidemment aussi.

De toute façon n’importe quel leurre souple à un moment donné fera du brochet. Je ne veux pas dire que ça surpasse  tous les autres leurres et le black bass on a eu des très bons résultats sur le black bass aussi avec mais bon après c’est la taille qui fait ça. Pour l’instant on a que 10 et 12 cm c’est les poissons que sa cible. On a essayé des prototypes cette année au printemps dernier jusqu’à 7 pouces.

Et sur le brochet notamment une Filande et tout ça ça a très bien fonctionné malgré un manque de solidité qu’il fallait régler donc on est en train d’y travailler et après derrière on a testé aussi énormément de petite taille, 6 et 8 cm. Là on a des super résultats et on pense vraiment et d’ailleurs pour te faire une petite info un peu scoop c’est une taille qui va sortir très bientôt dans les jours qui arrivent .

 

5)  Donc tu avances sur ma question, est-ce que tu as des projets pour les années à suivre sur la diversification du leurre etc … 

 

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Bon là en avant première je peux te dire là on l’a déjà… hier on a sorti une vidéo je sais pas si tu l’as vu. On a déjà commencé à entamer un peu le sujet. Notre objectif c’est que pour l’ouverture truite là alors pas sûrement peut-être pas avant mais en tout cas pour la saison de truites là on va pouvoir proposer du 6 cm et du 8 cm et les deux en bi-injection c’est-à-dire avec deux couleurs. Chaque leurre aura un coloris spécial avec deux couleurs contrairement au autres modèles.

Et les modèles plus… le 10 et le 12 cm passeront aussi sur des nouveaux coloris en cours d’année.

 

 

6) Du coup pour les années à suivre c’est plutôt une vente de produits plutôt physiques ?  Ou des prestations de service… pas de guidage, pas de formation ?

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Non pas du tout le guidage pour nous honnêtement on est vraiment très fan des guides de pêche on adore leur métier on y a réfléchi mais honnêtement c’est pas un métier qui nous conviendrait pour des raisons personnelles purement aussi. On pense qu’on est des pêcheurs trop polyvalent. Nous ce qu’on aime avec Jerem c’est partir à l’aventure. C‘est à dire trouver de nouveaux endroits où pêcher, pêcher des nouveaux poissons,  essayer de nouvelles techniques et honnêtement je pense que guider sur les mêmes endroits de façon très régulière au fur et à mesure ça nous soûlerai. Et puis être guide, rester sur le bateau toute la journée sans pécher ou peu c’est trop dur.

Et puis travailler tous les we, c’est vraiment un métier qui est compliqué. Je pense que c’est un super métier pour je dirait quelqu’un qui se lancent un peu dans le business, qui est passionné, qui connait bien ses spots. Mais nous voilà, on a passé 30 – 35 ans là et on a des enfants en bas âge tous les deux Et se serai compliqué pour nous d’être guide de pêche. Après, tu parlais de formations tout ça d’animation et ouais ça c’est un truc qu’on pourrai faire aussi un peu plus tard c’est le côté internet tout ça nous on est un peu on se dit que ça peut ne pas durer aussi. Et après derrière on essayera de faire quelque chose à ce niveau là. Pour l’instant on est a fond dans les vidéos et la production de vidéos, et les leurres qui nous prennent énormément de temps.

 

Tom Court

 

 

7 ) Petite question qui est pas du tout en rapport avec les précédentes il y a en France l’émergence Du No-Kill, qu’on voit depuis pas mal d’années… Est-ce que selon toi l’émergence du no kill témoigne d’une prise de conscience des pêcheurs parce qu’en France il y a de moins en moins de poissons ? Ou c’est simplement qu’on ne veut pas manger tous les poissons qu’on capture … ? Selon toi c’est quoi un petit peu l’avenir de la pêche en France ? Est ce qu’aujourd’hui on a une pêche qui est durable ou  il serait nécessaire de modifier quelques petits trucs ?

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Alors, il y a une chose qui transparaît en France c’est que c’est c’est pas simple. C’est pas simple parce que parce que déjà une réglementation qui est compliquée faut pas se le cacher c’est très très très très compliqué. Aujourd’hui quelqu’un qui se met à la pêche va se heurter d’entrée à beaucoup de choses notamment à la réglementation locale des départements qui ouvrent d’autres qui ouvrent pas, du privé du public bon ça c’est un peu partout pareil tu me diras mais bon les cartes toussa… il y a beaucoup d’obstacles pour se lancer.

Nous on est très très fiers avec youtube de mettre beaucoup beaucoup de gens à la pêche souvent il y a beaucoup de gens qui remettent ou qui mettent tout simplement grâce aux vidéos. Mais de suite derrière on a beaucoup de gens qui aussi malheureusement arrêtent  très vite parce que parce qu’ils se heurtent à des petits problèmes de règlementation de prix de pas mal de choses. Donc c’est pas lisible je trouve que la pêche en france est pas tellement visible. On a un très très beau potentiel halieutique en France. Loi habitant dans l’Aveyron, je peux pas le nier. En bas de chez moi, j’ai le Tarn qui coule qui est une rivière mythique.

A côté j’ai la Dourbie les gorges de la Dourbie, de La Jonte, les gorges du Tarn. Des parcours à truites qui sont connus nationalement voir même des gens qui viennent de l’étranger pour ça . j’ai des lacs les lacs de barrage qui sont réputés pareil, je ne peux pas dire qu’on a un mauvais potentiel. De là à dire que c’est mal gérer honnêtement chez nous on ne le dis pas parce que on a une fédé qui fait un boulot extraordinaire avec du  rempoissonnement notamment en black bass Depuis deux ans des des secteurs qui se sont ré appropriés par les organismes qui essayent de revivre.

Nous si tu veux, en tant que pêcheurs on voit ça on est on est vraiment ravis de ce qui se passe ici dans le département les résultats sont pas toujours là en terme de populations de poissons. On est pas sur des populations qu’on peut trouver à l’étranger encore en tout cas les actions sont là voilà.  Après tu me parlais du no kill la façon de voir les choses comment les choses évoluent. Bien sûr Moi avec Canito, on a commençait la pêche à une époque où on gardait nos poissons. Quand on étais gamins ont gardé tout. Quand on en prenait trop on en relâchés déjà. Je veux dire, quand on pêchait le sandre quand on étais gamins, on en prenait 1 on le ramenait, si on en prenait quatre, cela arrivait qu’on en relâche.

A l’époque on circulait en vélo ou en mobylette les truites c’était un peu pareil, naturellement sans parler de no kill ou quoi naturellement quand on en avait assez d’une ou deux pour manger à la maison on relâche les autres.

Voilà après moi, je me rappelle avoir gardé des chevesnes ou des poissons immangeable juste pour les ramener à la maison pour les montrer par fierté à mes parents ou à mes grands-parents tu vois. Juste pour dire voilà j’ai pêché ça. Puisque à l’époque faut dire ce qui est on avait pas de téléphone.

 

Tom Court : Oui moi aussi mon grand père faisait pareil c’était pour manger. C‘était à la fois plaisir et manger.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING : Et puis tout simplement on avait pas d’appareils photo sur nous. On avait pas de réseaux sociaux. Donc quand on prenait une photo d’un poisson fallait déjà quelqu’un qui la prennent et puis fallait développer la pellicule chez le photographes. Moi j’ai vécu pleins de moment de pêche gamins qui n’ont jamais été immortalisée en photos ni quoi parce que ça se faisait pas les photos à l’époque.

On pêchait pas les poissons pour les prendre en photo, on les péchait pour les montrer à notre famille. Et puis ce qu’on faisait même à l’époque, ça va paraître presque barbares à certains maintenant mais ce qu’on faisait c’est qu’on gardait nos brochets, nos premiers brochets, on les empaillait et on faisait des têtes, des trophées. On les mettait dans nos chambre et on en était très très fier.

Et c’est vrai que c’était une autre époque mais sans parler de no kill à l’époque et tout ça honnêtement on s’est rendu compte tout seul que qu’il fallait à un moment donné quand même relâcher les poissons parce que on voyait qu’ils avaient des abus on voyait qu’il y avait des gens qui gardaient  20 sandres dans la journée.

On voyait déjà à l’époque on voyait des gens qui commençaient à dire écoutez il va falloir freiner la parce que sinon on part dans le mur quoi Sinon, chaque année je te parle de ça il y a 20 ans on voyait des populations diminuer et nous mêmes naturellement on s’est mis Aussi à relâchez les poissons naturellement. Et puis en plus, il y avait un peu l’esprit pêche à la mouche parce que nous on était quand même aussi moucheurs et on l’est moins depuis quelques années mais j’aimerais bien m’y remettre mais j’ai pas trop le temps mais j’aimerai bien.

Et dans la pêche à la mouche, relâcher un poisson c’est quelque chose qui se fait depuis très très longtemps. Ça fait partie de la philosophie du pêcheur à la mouche. C’est à dire c’est simple si on veut garder des populations, on relâche les poissons dans les meilleurs conditions possibles.

Et après c’est vrai, on a vu le No-Kill arrivait, enfin cette philosophie et on a dit putain c’est génial c’est génial parce que vraiment là ça va ça va ça prendre une ampleur énorme et tout le monde va pas s’y mettre Et moi quand je me suis remis vraiment sérieusement sur le carnassier il ya quelques années ça y est le no kill était vraiment intégré par tout le monde. Il faut parce que sinon sans ça,  les populations prennent très très très cher !

 

Tom Court : Oui, même si on est en règle. Par exemple si on peut prendre deux brochets par jour et par pêcheur ça commence à faire beaucoup. Je sais pas combien il y a de pêcheurs mais …

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Tu sais, à notre échelle voilà on dit bon moi je prends une truie je la garde on va la manger en famille c’est génial c’est très bien j’ai rien contre ça moi je le fais de temps en temps aussi. Maintenant ça dépend des secteurs si tu veux moi si je prends une truite une très belle truite sur un secteur qui est plutôt peu pêché déjà où l’eau est saine ce qui est pas toujours le cas malheureusement sur nos cours d’eau là je vais me permettre de la garder parce que je sais qu’il n’y a pas une pression de pêche qui est énorme. Je sais que ce poisson va être très vite remplacé par un autre qui va grossir à sa place et ça va rouler.

Par contre les secteurs qui sont très très péché notamment au niveau du sandre par exemple où je sais que moi si je gardais des sandres, derrière moi il ya un autre mec qui arrive et qui va en garder aussi qui après un peu plus tard dans la journée il y en a un autre qui va arriver qui va garder aussi bon ben là faut se faire une raison c’est sûr qu’on va éclater les populations. Donc en garder un de temps en temps, bien sûr mais vraiment vraiment faut être raisonnable sur les poissons que l’on garde.

 

Tom Court : Si on veut les pécher faut aussi les protéger parce que sinon…

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : C’est ça, donc voilà honnêtement  j’ai aucun mal à garder un poisson j’en garde moi personnellement un ou  deux voire trois par an maxi. Et la plupart du temps je vais te dire, c’est des poissons qui sont plutôt… je les garde parce qu’ils sont soit abîmés ou ils ont mal pris un leurre.

Ça arrive ça arrive un brochet qui repart pas par exemple je vais le garder bien évidemment, un sandre qui par exemple repart mal à cause d’un choc de pression notamment lors de sa prise ça arrive je le garde aussi il n’y a pas longtemps j’ai gardé une perche une très belle perche de 45 cm. Un poisson magnifique que j’ai pas pu… qui n’est pas reparti parce que elle avait engamé un peu trop profond. Elle n’est pas repartie, donc très vite et je l’ai gardé.

Mais voilà honnêtement sur beaucoup de secteurs je remets quand même mon but c’est quand même de relâcher le maximum de poissons en bonne santé pour les retrouver l’année d’après. Et puis il faut dire qu’en vidéo aussi moi j’apprécie voir un poisson qui repart en bonne santé pour moi c’est une victoire. Tu vois maintenant c’est ce que j’aime bien dire aux gens ce que avant on capturerait le poisson et on était content au moment où on le sortait de l’eau.

La joie était là quand le poisson sortait de l’eau. Maintenant, si tu remarques dans toutes les vidéos, on chope le poissons et qu’en on prend le poisson et qu’on le met hors de l’eau la joie n’est pas encore là. Et ça ça veut tout dire si tu veux ça veut dire que dans les mentalités il y a tout qui change. On est content au moment où le poisson repart en pleine santé on n’est pas content au moment où le poisson sort de l’eau. A l’époque on sortait le poisson, on était la ; yes houuh et le poisson on le laissait trainer par terre. A l’époque, à l’époque on le savait qu’on allait le garder..

 

Tom Court :  Donc qu’il soit abîmé ou pas dans tous les cas il allait finir dans la casserole.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING : Voilà mais il y avait déjà un respect du poisson .A l’époque, moi je sais que les poissons, fallait… quand on les gardait, je voulais pas le laisser trainer comme ça … Le gracier, comme on disais à l’époque. il y a toujours une philosophie de respect, il y a toujours  le respect du poisson il était toujours là, il y sera toujours et c’est ce qu’il faut je pense c’est ce qu’il faut. Je pense que du moment qu’on a une notion de respect pour le poisson qu’on soit vieux, jeune, quelque soit la pratique, le style de pêche qu’on ai, du moment qu’on a du respect pour le poisson on fait les choses bien.

 

Tom Court : Et puis après vous, grâce à votre chaine youtube vous pouvez un petit peu donner l’exemple.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : C’est ce qu’on essaye de faire. Nous on essaye d’apporter notre image à nous Que nous on estime être respectueuse des poissons et de la pêche moderne c’est-à-dire la pêche qui va préserver à terme la ressource piscicole maintenant bon voila nous on le voit tous les jours au bord de l’eau on croise des mecs qui pêchent au vif qui laisse des poissons engamer pendant des dizaines de minutes qui les sortent et qui les entasse dans un seau. Mais bon que veux-tu ? La règle elle est là, le mec du moment qui garde des poissons maillés. Du moment qui ne va pas contre la réglementation…

 

Tom court : Après ce qu’on peut faire c’est à notre échelle. On ne peut pas non plus tout changer donc…

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING : Honnêtement je pense qu’on est sur la bonne voie et que j’espère que si on continue comme ça on pourrait arriver à des choses biens. Du moment que toutes les fédérations que toutes les institutions aillent aussi dans le même sens. Et malheureusement, malheureusement dans les discours qu’on voit notamment dans la tête ou le niveau de la fédération nationale c’est pas encore gagné.

 

Tom Court : Question voyage, on a vu que vous êtes allé en Guadeloupe ! Bon vous vous êtes régalés voilà nous on est restés en France et donc du coup vous êtes allé aussi en Irlande il y a quelques temps pour pêcher le brochet et je voulais savoir parce que c’est quand même un petit peu le rêve de tout le monde un petit peu d’aller à l’étranger pour pêcher le brochet s’en prendre plein à cannes.

 

 

8) Qu’est ce que vous en tout cas ça vous a apporté ces petits voyages de pêche  ? Ou est-ce que vous pouvez nous faire une bande annonce de ce qu’on pourrait vivre si on va à l’étranger ?  

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Alors écoute déjà faut savoir une chose c’est que pour nous les voyages de pêche c’est très nouveau. Et c’est grâce à la chaîne bien évidemment. Mais il y a quelques temps on voyageais en France oui et le plus loin où on était allé pour pêcher c’était en Espagne. Et nous en étant dans le sud de la France ça nous prenait 3h30. Pour nous c’est déjà un grand grand périple.

C‘est vrai qu’il y avais toujours cette idée de l’Irlande dans la tête. Toujours cette idée de voyage mais bon on s’était toujours dit on le fera dans notre vie. Et voilà maintenant la chaîne a accéléré bien évidemment les choses. Le premier voyage qu’on est fait c’était la Finlande sur l’île de Âland. Alors pas en hollande, c’est une ile finlandaise qui est entre la suède et la Finlande. Là, ça a été notre premier voyage initiatique je dirais pour la pêche du brochet à l’étranger. Et là on en a pris plein les yeux. C’était écrit sur le papier mais honnêtement on n’a pas été déçu.

L’Irlande on a touché du doigt on a pu pêcher une belle journée. On a fait direct moi j’ai fait directement mon record brochet dans les dix premières minutes. Donc quand ça arrive c’est extraordinaire. Même les lumières, tout, c’était un cadre … !!!  Malheureusement le temps irlandais a fait qu’on a pas pu pêcher autant qu’on voulait. Mais pareil petite annonce pour toi ! On y retourne en avril donc on va y retourner et puis voilà. Après qu’est-ce qu’on… Des voyages comme ça voilà la Guadeloupe, c’est encore un autre monde.

Honnêtement qu’est ce que ça …Oui ça ouvre l’esprit, ça ouvre la tête. Ça  casse des codes qu’on avait en tête depuis des dizaines des vingtaine d’années dans la tête. En nous en disant : le brochet il mort comme ça et comme si.  Quand tu vas en Irlande que tu pêches le brochet et que le guide te dis ok ne laisse plus couler tes leurres. Le brochet faut, il faut le pécher dans un mètre d’eau même s’il ya dix mètres d’eau. Fait nager tes leurres dans un mètre, le brochet il va monter. Et bien nous en France on est habitué à pêcher plutôt creux pour aller chercher les poissons.

Tu rentres en France ça ouvre l’esprit sur plein de nouvelles nouvelles techniques et ça c’est top parce que tu vois par exemple la sur le salagou pas moi j’ai pêché sur le Salagou comme on m’a appris à pêcher en Irlande ça marchait ben il y a eu des résultats. Pourtant le salagou c’est un lac que je connais depuis… C’est le lac ou j’ai appris à pêche quand j’étais gamin aux leurres. Ma grand-mère habité au bord du lac et puis et je le connais bien ce lac mais je suis arrivé avec des acquis de l’Irlande je l’ai péché comme ça et paf ça m’a donné des résultats. Jamais j’aurais pensé à en avoir comme quoi il ya toujours des trucs à fouiller c’est ça qui est bien dans la pêche.

 

Tom Court :  Oui, c’est ça. Donc ça t’ouvre de nouvelles techniques. Bon c’est bien alors, tu m’as donné envie !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Le type de poisson qu’on va pêcher à l’étranger je pense qu’en rentrant en France il y a toujours des choses à récupérer. Voilà des techniques, on progresse toujours. La pêche c’est un truc où il faut rester humble parce qu’on progresse toute sa vie.

 

Tom Court : Oui, il n’y a jamais d’acquis !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Il n’y a jamais d’acquis, toujours des choses à tester. Même les pêcheurs les plus les plus connus avec  qui on a la chance de discuter de temps en temps notamment des mecs comme comme Gaël Even, Arnaud Brière aussi tu vois c’est des gens qui sont guides depuis longtemps, qui sont considérés comme peut-être des Sylvain Legendre aussi c’est des gens avec qui on a péché et nous on est comme des gosses quand on pêche avec eux.

On se dit purée c’est mecs là ils sont sur l’eau, c’est des machines mais en fait quand ils sortent sur l’eau ce qui est impressionnant c’est de voir à quel point en fait ils sont au début de la journée début de la saison ils sont tellement pas sûr que ça va le faire quoi ! En fait, ils sont comme nous.

Chaque journée sur l’eau c’est nouveau même à leur niveau. Ils peuvent très bien se casser les dents comme tout le monde. Sauf que la où ils sont bons c’est qu’ils ont une manière de fonctionner dans leur pêche qui fait qu’ils vont arriver à des résultats plus vite et de façon plus risée que la plupart des pêcheurs.Mais ces mecs là tu les mets sur un bateau sur l’eau ils partent avec une humilité qui a même chez tous les pêcheurs débutants c’est à dire aujourd’hui je peux très bien me faire un gros capot dans la gueule et repartir avec 0 poissons.. Et si ça leur arrive ils le vivent plutôt en général plutôt bien parce qu’ils prévoient se genre de fin, ils s’y attendent. Et ça c’est impressionnant à voir !

 

Tom Court : Non je pensais qu’ils se la racontaient pas mais qu’ils étaient plutôt confiant…

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Ouais non non tu es tu es alors ils sont confiant dans leurs techniques, dans leur façon de pêcher. Ils savent qu’ils vont sûrement sortir un peu plus de poisson que la moyenne voir plus. Mais au début de la journée c’est des mecs qui vont arriver et qui se prépare à tout quoi ! Et c’est vrai maintenant qu’avec le monde l’image, on voit souvent les résultats même nous en vidéo on voit beaucoup les résultats.

 

Tom Court : On ne voit pas les moments creux, on voit pas les moments les sorties bredouilles.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  :Alors nous on essaie de le montrer quand ça marche mal, on essaie quand même de la montrer. Parce que l’avantage des vidéos qu’on fait, c’est que nous voilà, on met fin à une grande période de communication halieutique où on montrait que des gros poissons.

 

Tom court : Tu montres un petit peu toutes les facettes. Parce que le débutant qui arrive au bord de l’eau et qui fait rien en 10 minutes en regardant vos vidéos, enfin d’autres vidéos il peut être démoralisé.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING : On a encore des messages de gens qui nous disent oui je comprends pas j’ai utilisé tel leurre à tel endroit comme tu l’as dit dans cette vidéo et je fais pas de poisson. Ouais mais c’est normal, il ya tellement de facteurs quand on met un pied au bord de l’eau avec une canne on est tous au même stade qu’on pêche depuis 20 ans ou depuis … C’es taprès dans la recherche dans la pêche elle même que l’on va être bon ou moins bon.

 

Tom Court : bah ouais c’est ça la remise en question… et dernière question comme tu l’as dit il y avait pas mal de débutants qui chaque année commence la pêche etc.

 

 

9 ) Si tu avais deux-trois conseils à leur donner histoire qu’ils prennent du plaisir. Pas forcément toucher des poissons records avec des brochets d’1m20 mais simplement prendre du plaisir, ce serait quelques conseils que tu pourrais leur donner ?

 

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  :  Alors mon premier conseil ça serait de choisir une technique de pêche personnelle qu’on aime vraiment à titre perso. C’est à dire choisir vraiment une technique que ce soit la mouche, le leurre, le toc, la pêche au coup, n’importe… Quelque chose qui nous, qu’on aime profondément faire. Pas choisir une technique parce que c’est une technique qui marche mieux. Le résultat en termes de poisson c’est pas finalement c’est c’est pas ça qui va apporter beaucoup de plaisir.

Quand on pêche, on passe 95% du temps a pas prendre de poissons si tu veux. Donc si jamais ce que tu fais 95% du temps te convient pas vraiment… Mais au final tu vas arrêter même si tu arrives à faire des poissons régulièrement. Si tu aimes par exemple je sais pas moi… Tu aimes pêcher des bordures, lancer souvent et t’aimes bien l’art de bien lancer, de bien poser ton leurre. A ce moment là tu vas choisir les techniques de power Fishing ou tu va choisir du casting et tu vas pêcher peut-être embarqué.

Si jamais tu aimes bien juste être au bord de l’eau prendre du temps, rêvasser un petit peut être juste prendre l’air à ce moment là pourquoi pas pêcher au coup. Tu t’assois tranquille tu prépares ton coup et tu prends le temps. Si tu aimes bien vadrouiller t’aimes bien faire un peu de sport être engagé, pourquoi pas la truite. C’est ça qu’il faut vraiment choisir.

Il ne faut pas choisir sa technique en fonction des résultats. Les résultats on s’en fout en fait un peu, il faut pas se focaliser sur les résultats. Moi je vois trop de pêcheurs qui s’y met qui ont 14-15 ans là ils me parlent déjà de faire des brochets de 1m. Et quand je leur dis moi que pour faire un brochet d’un mètre j’ai attendu 15 ans, les  mecs ils me regardent avec des yeux en me disant :  c’est pas possible !

Ben si, parce qu’on ne cherchait pas à faire des brochets d’un mètre. Nous on s’en foutait. Et faire des poissons de 40-50 cm à l’époque ce qu’on appelait maillés pour nous s’était déjà très bien. Il faut rester humbles par rapport à ça. Des poissons d’un mètre ça se fait très rarement en France notamment ça se fait très rarement faut pas fixer d’objectifs comme ça l’objectif c’est se faire plaisir Et faire quelques poissons. Ne pas tomber trop dans les techniques un peu extrême je dirais les techniques de bigs bait ou les techniques d’ultra light un peu trop poussé.

Choisir des pêches on va dire moyenne on va dire dans des grammages adaptés au cours d’eau. Donc 5-15 g 7-21, 7-28 Tu vois des puissances qui reste raisonnables. Tu peux prendre des perches, prendre des poissons… faire des touches quoi. Moi je conseille souvent aux pêcheurs  qui débutent tu veux tu faire plaisir au bord de l’eau très rapidement ? Tu prends une canne 5-15 grammes là, tu prends un petit crank. Tu prends un petit spinner même un micro spinner ou un petit chatterbait là et tu lances ça.  Tu vas faire des touches c’est sûr. Tu vas par des perches Tu vas faire des perches de 25 tu vas en faire des dizaines. Tu vas faire des touches et tu vas te faire vraiment plaisir !

Et après sur toutes ces perches que tu vas faire, à un moment donné tu vas en faire une qui va faire 40-45 et la tu vas faire : Whaou  ! Et après seulement tu vas pouvoir progresser, partir sur des grammages un peu plus gros. Je pense qu’il faut chercher la touche. Il faut partir sur des leurres de taille raisonnable, des leurres qui pêchent bien qui sont réputés pour ça. Je pense à des p’tits cracks, des petits leurres souples pas chercher trop compliqué.

Pas trop petit non plus parce que en  pêchant trop petit on a peu de sensation. Il faut trouver un juste équilibre comme ça moi. Je pense que il y a des leurres comme ça qui sont totalement adaptés aux débutants, pour pas perdre de leurres non plus. Notamment le spinner.

 

Tom Court : C’est pas un leurre très cher, et en plus ça ne se perd pas.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Voilà, un leurre souple sur une tête plombée simple c’est très bien. Quand je vois des mecs qui commencent à pêcher avec des avec la truite par exemple avec des leurres de chez smith ou de chez duo qui valent 20 balles pièce en dehors du prix je me dis fait gaffe, parce que c’est des leurres que tu vas, si tu commences tu vas les perdre très vite.

Et même encore pire je veux dire quand tu fais une truite avec si tu as la chance de faire une truite. Tu vas te retrouver avec un poisson ultra ultra glissant et ultra nerveux avec deux triples fins de fer avec des ardillons… Pour commencer c’est peut être pas la meilleur chose. Alors qu’un petit leurre souple là tu le décroches, tu as un seul hameçon tu sais bien le repérer et tu fais gaffe, tu peux pas te blesser. Le poisson en plus tu lui fais techniquement moins mal. Tu le blesses moins avec un hameçon simple voilà il y a des techniques qui sont plus adaptées pour les débutants.

Mon conseil serait de partir avec des pêches simple avec des hameçons simples aux leurres souples au spinner .Sur des grammages pas trop pas trop fort, 7-21 je pense. Pour moi c’est quand même les grammages qui sont les plus adaptés à nos cours d’eau le plus polyvalent.

 

Tom Court : Histoire de se faire la main et après on évolue en fonction de ce qu’on pêche et de ce qu’on veut.

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Et plutôt commencer en spinning plutôt qu’en casting ne pas si vraiment vous êtes un gros débutant ne partez pas forcément sur le casting d’entrée.

 

Tom Court : D’un point de vue technique et et sous sous aussi comme tu dis !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  :  Aussi carrément et puis le casting c’est une technique qui peut… Souvent des gens achètent du casting plutôt bon marché mais ça marche pas… Faut dire ce qui est ça a tendance à très vite dégouter. Je vois beaucoup de pêcheurs qui sont dégoutés de ça parce qu’ils pêchent pas en fait. Ils passent leur temps à régler, à défaire des perruques.

Honnêtement il y a peu de packs très débutants qui sont proposés. Je sais qu’il y a des marques qui commencent à le faire. Je vais pas citer de nom pour pas faire de pub. Bientôt je vais tester un pack débutant où on va livrer des cannes avec des tresses déjà sur le moulinet déjà. Tout fait, prêt à pêcheront tu accroches ton leurre tu pêches. Je comprends pas pourquoi ça soit pas déjà fait, des moulinets déjà remplis de tresses.

Pourquoi ça ne se vend pas ? La à l’heure actuelle, un mec qui débute il va acheter un moulinet, de la tresse et il va rentrer chez lui. Il va monter sa tresse sur le moulinet et il va pêcher. Puis il va voir que tout son block de tresse va glisser parce qu’on lui a pas dit qu’il fallait mettre un backing en nylon dessous. Donc pour les débutants il y a deux- trois trucs à savoir. Et nous avec les vidéos on essaye d’expliquer ça de temps en temps !

 

Tom Court : Oui c’est ça, bon et bien c’est terminé !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : J’ai beaucoup parlé !

 

Tom Court : Oui et bien écoute tant mieux. Je te remercie d’avoir fait cette petite interview, ça m’a fait plaisir !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Bien moi aussi écoute, avec grand plaisir !

 

Tom Court : Je te dirai à la prochaine fois au bord de l’eau comme au Salagou du coup !

 

Tosh de la chaîne Youtube SCARNA FISHING  : Et bien avec grand grand plaisir, de toute façon on va y retourner. 9a nous tarde l’ouverture pour retourner sur le bord de ce cher lac qu’on peut décidément pas lâcher ! Même quand on a la chance de voyager, on y revient toujours !

 

Tom Court : C’est toujours aussi beau.

Partager L'Article :
  •  
  •  
  •  
  •