Pêche au coup : l’action de pêche !

Pêche au coup : l’action de pêche !

13 novembre 2019 2 Par Tom Court

 

Avant de débuter la lecture de cet article, je vous conseille de prendre connaissance du matériel nécessaire pour pratiquer correctement la pêche au coup. Sur ce, bonne lecture !

Vous vous êtes équipés de tout le matériel essentiel pour la pêche au coup, c’est parfait ! Voyons désormais la procédure à suivre vous permettant de pêcher efficacement.

La pêche au coup n’est pas une pêche compliquée, seulement, il vous faut respecter les 4 étapes pour réaliser une bonne session ! Arrivez au bord de l’eau, il ne vous suffit pas d’appâter quelques secondes et de déposer votre bouchon à cet endroit. En effet, c’est un peu plus subtile.

Sur le lieu de pêche, il vous faut tout d’abord procéder au sondage de la zone. Sans celui-ci, il se peut que vous amorciez une zone riche en algues ou arbres immergés…. Ainsi, la pêche serait alors impossible car vous vous accrocheriez sans cesse et perdriez de nombreux hameçons et gaspilleriez votre amorce.

 

Le sondage

 

La principale fonction du sondage est de connaitre la profondeur du lieu de pêche. En action de pêche, votre hameçon doit se déposer naturellement sur le sol comme le ferait un verre de terre en pleine noyade ! La seconde fonction est de connaitre la nature du sol, s’il est vaseux donc souple, rocailleux, sableux, encombré, propre etc…

 

Une fois votre canne en main avec la ligne montée, plantez l’hameçon dans le caoutchouc centrale de la sonde vous permettant de ne pas la perdre. Ainsi, il suffit maintenant de tâter le lieu sur lequel vous désirez pêcher et observer le comportement du bouchon. Il s’anime de 4 façons différentes.

 

  • Le bouchon est entrainé par le poids de la sonde et disparait sous la surface de l’eau (coule), il vous faut augmenter la profondeur de votre ligne ( distance hameçon-bouchon ).
  • Le flotteur est à l’horizontal ( parallèle à la surface de l’eau ), il vous faut réduire laprofondeur de votre ligne.
  • Le bouchon flotte correctement mais de manière légèrement incliné, l’ensemble flotteur, plomb, sonde n’est pas à la verticale.
  • Le flotteur flotte et est verticale, votre ligne est correctement réglée, il vous faut procéder à l’amorçage !

 

Attention, j’utilise dans la plupart de mes sessions de pêche au coup une sonde de 20 grammes. Tout simplement car les endroits dans lesquels je pêche me le permettent. Il se peut qu’une sonde de 10 grammes soit plus adaptée à votre environnement, ou au contraire, une sonde de 30 grammes. Ainsi une sonde de :

  • 10 grammes permet de sonder des zones peu profondes avec un courant faible voire absent.
  • 20 grammes permet la connaissance des milieux assez profonds, doté d’un courant continu mais peu puissant.
  • 30 grammes permet de sonder une rivière ayant une bonne profondeur, ainsi qu’un courant soutenu.

 

Vous connaissez désormais la profondeur exacte de votre lieu de pêche, vous devez maintenant préparer l’amorce !

 

L’amorçage

 

Avant de préparer votre amorce, vous pouvez dès à présent commencer à pêcher en laissant votre bouchon à l’eau. Pour l‘esche, j’utilise très souvent des vers de terre de mon fumier. Cependant, le vers de farine ou le vers de vase fonctionnent tout aussi bien.

 

J’ai toujours pensé qu’il fallait attendre d’amorcer avant de pêcher. Cependant, pourquoi laisser une canne montée et prête à pêcher hors de l’eau ?? Croyez moi, malgré l’absence d’amorce ils ne résistent pas longtemps !

 

Mélangez votre amorce en poudre avec de l’eau selon le dosage indiqué. Vous pouvez si vous le souhaitez ajouter quelques vers en guise de rappel de notre esche. Amorcez abondamment au niveau de votre bouchon. N’hésitez pas à ré-amorcer au cour de votre partie de pêche. L’amorce une fois dans l’eau se délitera doucement attirant de nombreux poissons blancs, carpes etc… Ainsi, évitez les trop forts courants qui disperseront votre amorce la rendant inefficace. Préférez un endroit calme, à courant faible comme un plan d’eau ou une rivière large.

Ca y est, la première danse du bouchon se manifeste ! Peut être le premier poisson ??

 

La touche

 

Quand vous voyez votre bouchon bouger, c’est qu’il y a du monde sous la surface ! Cependant, il ne faut pas ferrer à chaque manifestations du bouchon ! Ce n’est pas parce qu’il bouge qu’il y a forcément un poisson au bout de la ligne ! Pour le savoir, analysez son comportement :

Le bouchon :

  • coule fréquemment de manière très rapide sans mouvements réellement tranchés, ne ferrez pas ! Le poisson goûte simplement votre esche; laissez-le se régaler !
  •  coule de façon continu sans remonter à la surface. Il faut ferrer ! Le poisson s’est tout simplement décidé à manger votre appât.
  • se déplace à la surface de l’eau sur quelques centimètres. C’est le même casque précédemment. Il faut ferrer ! Le poisson s’est lui aussi décidé mais n’a pas changé de profondeur de nage.
  • se dispose de manière horizontale. Ce cas ci est moins fréquent… Il signifie qu’un poisson remonte vers la surface avec votre esche en bouche. Il vous faut le ferrer également.

 

Un conseil pour ne pas perdre de poissons et de temps : analysez bien le comportement de votre flotteur !

 

Le ferrage

 

Lorsque vous êtes persuadés qu’un poisson a mordu, il vous faut le ferrer ! Attention, c’est souvent le moment engendrant des sacs de noeuds si vous êtes entourés d’arbres ou si des grosses carpes trainent dans votre plan d’eau ou rivière. Ne ferrez pas comme si le poisson était un brochet au risque de tout casser.

Oui j’ai bien débuté comme ça !!

 

Un simple coup sec et rapide permet de planter l’hameçon dans la gueule du poisson. Ramenez-le près du bord délicatement sans le soulever hors de l’eau. Utilisez une épuisette pour éviter d’abimer les plus gros poissons ainsi qu’un dégorgeoir pour les poissons ayant complètement engamés votre appât ! S’il est impossible de retirer l’hameçon, coupez au plus court et le plus proprement possible le fil; l’hameçon (généralement composé de fer ou d’inox et biens d’autres substances inconnues ) au contact de l’eau commencera un processus d’oxydation accentué par la libération de sucs gastriques par le poisson. Mais ce processus est assez long. En vérité, que ce soit pour les carnassiers ou pour le poisson fourrage, c’est surtout la capacité du poisson à isoler un corps étranger dans son organisme lui permettant de ne pas entrainer sa mort. Se fabrique autour du corps étranger une boule de chaire lui permettant de vivre avec sans aucuns soucis.

 

 

Pour conserver votre poisson jusqu’à la fin de la session de pêche au coup, vous pouvez utilisez une bourriche, ou un seau d’eau doté d’un bulleur pour l’oxygénation.

 

Voilà pour cette article vous expliquant comment pêcher simplement et correctement ! Bien entendu, pour les compétitions, une pêche beaucoup plus fine, et discrète est requise ! Mais le principal pour commencer est de s’amuser et prendre du poisson au bord de l’eau !! On se retrouve bientôt pour apprendre à monter notre ligne de pêche, simplement et rapidement.

 

Pensez à laisser un commentaire si vous avez besoin d’une précision ou à l’inverse souhaitez en apporter une, et partager votre expérience !

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

À bientôt !

 

 

Partager L'Article :
  •  
  •  
  •  
  •