Le Black Bass : un carnassier redoutable.

Le Black Bass : un carnassier redoutable.

25 novembre 2019 0 Par Tom Court

 

Introduit dans nos eaux françaises vers les années 1880, le Black Bass s’est d’abord développé en Amérique du Nord notamment dans le bassin du Saint Laurent, ou les grands lacs. Favorisant les eaux calmes et chaudes, les rivières et plans d’eau du sud de la France sont tout particulièrement prisés. Leur nombre a ainsi considérablement augmenté en l’espace de quelques dizaines d’années.

 

Description générale

 

Morphologie

 

Petit Black Bass

Un petit Black Bass à la belle robe !

Le Black Bass est doté d’un corps trapu et robuste. En effet, sa forme allongée rappelant celui d’une perche, bien que plus massif, possède une tête large et musclée. Le Black Bass est muni d’une gueule imposante composée d’une mâchoire inférieure proéminente ainsi que d’une mâchoire supérieure profonde. On retrouve alors, chez la plupart des carnassiers une gueule puissante et large leur permettant d’assumer leur statut de carnassier.

 

Le dos du Black Bass est généralement la partie la plus sombre de leur corps, de couleur vert foncé. Il présente des flans plus clairs, verts olives ainsi qu’une face ventrale souvent blanche ou jaune. Une ligne latérale composée de tâches sombres est souvent visible. Elle se prolonge généralement jusqu’au yeux du poisson.

 

Comme le sandre, le Black Bass possède deux nageoires dorsales. La première est munie d’une dizaine d’épines en guise de protection contre les potentielles attaques, et la deuxième, plus grande et arrondie d’une douzaine de rayons. Il possède également des nageoires pelviennes, pectorales petites mais musclées et bien sûr une nageoire caudale !

 

Habitat et reproduction

 

Un lac de l'Hérault

Le fameux lac rempli de Black Bass

L’Achigan à grande bouche privilégie les zones calmes, dépourvues de courant puissant. Les plans d’eau, étangs ou rivières larges sont des habitats idéaux. Le Black Bass est un poisson thermophile. C’est à dire qu’il aime les eaux chaudes. En effet, on a pu constater depuis la fin du XIX ème siècle une nette augmentation du poisson dans le sud de la France, Hérault, et Gard en particulier.

 

J’ai moi même été surpris par la quantité de Blacks Bass dans un petit plan d’eau proche de chez moi, sans arrivées d’eau l’été et donc sans oxygénation. Un plan d’eau presque à sec en saison estival, dépassant à coup sûr les 28°C en surface !!

 

L’Achigan à grande bouche privilégie les zones encombrées et difficiles à pêcher. En effet, il aime les herbiers, les nénuphars, les abris naturels ou artificiels comme les ponts, pontons ou encore arbres immergés.

 

La période de reproduction se manifeste au printemps, généralement d’Avril à Juin dans des eaux plutôt fraiches et peu profondes ( 15 à 25 °C ). Seuls les Blacks Bass âgés d’au moins 3 à 4 ans sont aptes à pouvoir donner la vie. Contrairement à de nombreuses espèces, c’est le mâle qui prépare le nid, souvent creusé dans du sable ou du gravier. C’est également lui qui s’occupe des oeufs puis des alvins qui prendront leur indépendance quelques semaines après l’éclosion. Ils mesurent alors quelques centimètres et ne se nourrissent que de plancton et de larves. En parlant de nourriture, regardons à présent l’alimentation générale de l’Achigan à grande bouche.

 

Régime alimentaire

 

Le Black Bass vit généralement en bancs, proche de la surface, à l’affut de la moindre activité autant dans l’eau, qu’en dehors. Comme le brochet, son alimentation est très diversifiée. En effet, il ne se nourrit pas essentiellement de poissons. Un Black Bass opportuniste peut s’attaquer à :

 

Une écrevisse

Une écrevisse représente une bouchée de roi pour le Black Bass

  • Un poisson comme un gardon, un rotengle, un chevesne. Autrement dit, à un poisson constituant le poisson fourrage.
  •  Un batracien. Le Black Bass en raffole. Il n’hésitera pas à monter sur une grenouille en surface se déplaçant de nénuphar en nénuphar.
  • Un crustacé. Notamment l’écrevisse. Lorsque celle-ci est présente en grande quantité dans les lacs et rivières, elle constitue le garde-manger de tous les carnassiers. Riche en protéines, elle permet la croissance rapide du Black Bass lors de ses premières années.
  • Un reptile. Un lézard ou un serpent (s’il est petit) ne gigoteront pas longtemps à la surface.
  • Un rongeur. En effet, un petit rat ou une souris sont très vulnérables lorsqu’il s’agit de nager dans des eaux en présence de Blacks Bass !
  • Des insectes. Le Black Bass peut se nourrir de vers de terre, de sauterelles, de larves …

 

Pêcher le Black Bass

 

Récemment introduit dans les eaux françaises, ce poisson permet au pêcheur de pratiquer une nouvelle pêche. En effet, sa combativité et sa ruse en fond une pêche sportive et délicate. Aussi craintif qu’une truite, il vous faudra faire preuve de discrétion, tant dans vos déplacements, vos vêtements que sur vos lancers. Soyez précis !

 

Aux leurres

 

La pêche du Black Bass aux leurres est sans doute la pêche la plus répandue. Vous trouverez sur le marché de nombreuses imitations de rongeurs, insectes, grenouilles, poissons mais également des leurres métalliques comme les spinnerbaits vraiment très efficace ! Vous pouvez pour plus de gourmandise, ajoutez un Shad sur l’hameçon simple du spinnerbait donnant plus de volume à votre leurre. Les Blacks Bass aiment les leurres flashy.

 

Aux appâts naturels

 

Au vers

 

Un vers de terre

Un excellent appât naturel : le vers de terre

Vous pouvez également pêcher le Black Bass à l’aide d’appâts naturels. La pêche au vers est elle aussi très efficace, sur le Black Bass comme sur la Perche. C’est une bonne alternative pour attendre l’ouverture carnassier ! Pour la pratiquer, j’utilise simplement une canne spinning de 2m40 munie d’un nylon entre 18 et 22/100. Escher votre vers ( en son milieu ) sur un hameçon numéro 6, et vous pouvez pleinement pratiquer cette pêche. Ce type de montage vous apportera souplesse du vers et vibrations plus présentes. Il peut être conseillé de plomber votre ligne à l’aide de plombs ronds. Personnellement pour conserver le côté naturel d’un vers qui tombe à l’eau, je ne préfère pas lester mon ensemble. Cependant, je vous le conseille en cas de vent ou si vous pêchez dans des spots profonds. À noter que cette technique de pêche est très utilisé pour la pêche à vue.

 

Aux vifs

 

Dans le cadre d’une pêche aux appâts naturels, la pêche du Black Bass aux vifs est elle aussi efficace mais beaucoup moins utilisée. En effet, la majorité des pêcheurs aiment une pêche sportive et active, et non statique ( même si vous bougez de poste en poste ). Vous n’avez qu’à déposer votre montage et laisser faire votre vif. Il attirera à lui seul le Black Bass. Cependant, elle est tout aussi redoutable. Il vous suffit d’utiliser une canne spinning munie d’un nylon entre 18 et 22/100 ( comme pour le vers ). Vous devrez équiper votre ligne d’un bouchon entre 5 et 10 grammes, d’un émerillon d’une résistance de 15 kilogrammes de préférence ainsi que d’un hameçon de taille 6 dans l’idéal ou plus petit.

 

Pour les hameçons, plus le numéro se rapproche de zéro, plus l’hameçon est gros. En effet, on pêchera le vairon avec un petit hameçon de 18, alors qu’on préfèrera pour la pêche de la perche par exemple, un hameçon de 8 ou 10. Ne vous trompez pas !

 

En guise de vif,  préférez des poissons compris entre 7 et 10 cm. Inutile de pêcher avec des vifs trop importants. Le vairon, le gardon ou encore le goujon sont les vifs les plus efficaces et les plus redoutables pour cette pêche !

Voici les principales techniques de pêche vous permettant de vous familiariser avec ce nouveau poisson. Bien entendu, il existe bien d’autres manières de pêcher le Black Bass. Mais commençons par les bases ! Ne nous précipitons pas !

 

Pensez à laisser un commentaire si vous avez besoin d’une précision ou à l’inverse souhaitez en apporter une, et partager votre expérience ! 🙂

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

 

 

Partager L'Article :
  •  
  •  
  •  
  •