Pêcher le brochet aux vifs : L’action de pêche

Pêcher le brochet aux vifs : L’action de pêche

8 décembre 2019 0 Par Tom Court

 

Une fois tout votre matériel sous la main, il est temps de se rendre au bord de l’eau pour pêcher le brochet aux vifs ! 😉

Arrivés au bord de l’eau, il ne suffit pas de tremper son bouchon n’importe où en espérant tomber sur un énorme brochet ! La pêche c’est aussi de l’observation. Un processus essentiel permettant de dénicher le spot à becs !

Petit rappel pour les retardataires : la meilleur saison pour pêcher le brochet aux vifs, en général, se situe en automne. À cette période, les carnassiers se nourrissent d’avantage pour affronter l’hiver. Cependant, en dehors de cette période les poissons se nourrissent également mais de manière moins abondante. En été par exemple, préférez le coup du matin et celui du soir au détriment d’une sortie de pêche à 15 heures sous 35°C.

Le choix du spot

 

Les postes intéressants

 

L’observation avant l’action de pêche n’est pas à bannir ! C’est une étape importante qui fait souvent toute la différence dans une sortie. Voici sous forme de liste les spots intéressants pour la pêche du brochet aux vifs :

 

Baignade impossible 😳

Les herbiers du Salagou !

  • Les herbiers. Ils abritent les alvins, les gardons, chevesnes autrement dit, le poisson fourrage. Dans l’eau comme sur terre, il y a une chaine alimentaire. Le poisson fourrage attire les carnassiers, la perche par exemple. Qui elles attirent les plus gros, comme brochets ou silures. Ainsi, les herbiers représentent une zone de vie intéressante rassemblant une grande diversité de poissons.

J’aime pêcher au dessus des herbiers. Par exemple, avec 5 mètres de profondeur et 3 mètres d’herbiers, je règle mon vif à 2 mètres et pêche en dérivant toute la surface des herbiers ! Croyais moi, c’est très efficace ! 😊

 

  • Les cassures. Elles représentent une modification importante de la profondeur du spot. Elles sont le lieu de rencontre de nombreuses espèces : brochet, sandre, perche etc…. L’idéal est de prospecter le site avec un leurre souple ou un poisson mort manié pour les grandes cassures en profondeur. Le vif est très utile pour les tombants proches des berges où l’on passe de 1 à 4 mètres de profondeur en quelques mètres. L’utilisation d’un sondeur est ici très appréciable !

 

Des berges abruptes

Un coin de pêche idéal !

  • Les zones rocheuses. En effet, elles offrent de nombreuses cachettes et zones calmes pour les carnassiers. Passer son vif au dessus de chaque trou déclenchera sûrement une attaque. 

 

  • Les obstacles immergés, notamment les arbres. Ils représentent une réserve de nourriture comme les herbiers. Il n’est pas rare de croiser le chemin d’un sandre, silure, perche et bien évidemment d’un brochet. Attention de ne pas lancer trop fort votre ligne sous peine de perdre votre montage et de réaliser un beau sapin de Noël ! Le brochet s’il est déterminé n’hésitera pas à sortir de se cachette pour coffrer votre vif.

Le vent, l’élément oublié

 

On l’oublie souvent mais il est très important, notamment en lac. En effet, il pousse les insectes tombés à la surface de l’eau sur une des bordures et attire naturellement les poissons blancs et alvins. S’ensuit, la chaîne alimentaire, perches, brochets, sandres, et silures. On peut raisonner de la même façon pour les truites en lac. L’idéal est de trouver un spot possédant un des 4 éléments intéressants vus ci-dessus dans la direction du vent permettant d’augmenter vos chances de capture.

Vous l’aurez compris, observer est très important. Vous réduisez considérablement vos chances de faire du brochet en pêchant dans des spots pauvres en activités, à profondeur constante et sans obstacles ou cachettes.

Regardons à présent les différentes étapes pour pêcher correctement une fois le poste trouvé.

 

Les réglages essentiels pour pêcher le brochet aux vifs !

 

Quoi de plus énervant que de décrocher un poisson à cause d’un frein mal serré, ou d’un noeud mal fait ! Pour la réalisation de la ligne, prenez votre temps et entraînez vous à la maison. La pêche du brochet au vif, ce n’est pas compliqué mais il faut connaître quelques réglages !

 

Canne, vifs, frein

 

Pour accrocher votre vif, il y a deux méthodes. En effet, par le dos ou par la bouche. Grâce à mes expériences, j’utilise le vif piqué au dos qui préserve mieux le poisson dans le temps.  Si vous avez plusieurs cannes, changer la taille des vifs pour constater ce qui fonctionne le mieux ce jour. Pour le lancer, soyez délicat ! En effet, ce n’est pas un leurre que vous lancez, mais un poisson, avec de la vraie chaire ! Lancer loin ne sert pas à grand chose, juste à abimer votre poisson. Alors, n’hésitez pas à pêcher à 1 mètre du bord !! J’ai fait pas mal de poissons à cette distance.

Votre vif est à l’eau, c’est le moment de faire un réglage important : le frein. Lors d’un départ, vous n’allez pas être averti par un bip sonore ou autre. Seulement, par les va-et-vient du scion de la canne ainsi que par le bruit du frein ! Pour l’entendre, n’ouvrez surtout pas votre pick-up. Desserrez simplement le frein jusqu’à ne plus avoir de résistance. Lorsque le brochet partira avec le vif dans la gueule, il libèrera du fil sans résistance et fera chanter le frein ! Posez votre canne sur un support ou bloquez la avec une pierre ou une ficelle.

 

On ne sait jamais, on peut tomber sur un monstre !!

Le ferrage

 

Lors d’un départ, prenez votre canne en main, serrez le frein et attendez quelques secondes. Ensuite, moulinez jusqu’à sentir une résistance et ferrez d’un coup sec pour planter l’hameçon dans la gueule du brochet. Réglez votre frein en fonction de la puissance du poisson et ramenez celui-ci doucement en gardant la tension. Lors des chandelles (saut du brochet), et coup de tête, accompagnez son mouvement avec votre canne pour ne pas le décrocher ou casser la ligne.

Il arrive souvent d’avoir dans la bourriche, des vifs n’ayant pas tenu le trajet, ou tout simplement affaiblis. C’est pourquoi, je laisse toujours une canne pour la pêche au posé dotée d’une tresse de 15/100, une olive de 20 grammes et d’un câble acier de 40 cm terminé par un hameçon triple. Avec cette technique il n’est pas rare de prendre du sandre ou silure majoritairement.

J’espère que cet article vous aura donné envie de pêcher le brochet aux vifs ! Vous verrez vous ne serez déçu ! J’ai fais mon plus gros brochet avec cette technique !

Pensez à laisser un commentaire si vous avez besoin d’une précision ou à l’inverse souhaitez en apporter une, et partager votre expérience ! 😊

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 😉

 

Partager L'Article :
  •  
  •  
  •  
  •