9 bases pour la pêche à la verticale !

9 bases pour la pêche à la verticale !

3 janvier 2020 0 Par Tom Court

 

La pêche à la verticale est la technique idéale pour avoir de beaux résultats en plein Hiver ! Ciblant notamment les percidés ( sandre et perche ), elle permet de battre ses poissons records ! Cependant, contrairement à d’autres techniques, la pêche à la verticale demande un matériel assez spécifique et quelques notions de bases ! Dans un premier temps, présentons ce qu’est la pêche à la verticale. Ensuite, regardons ensemble, les 9 bases indispensables selon moi pour appréhender au mieux cette technique et ainsi la pratiquer correctement.

 

La pêche à la verticale, c’est quoi ?

 

Comme beaucoup de technique de pêche, la verticale est née aux Etat-Unis et est ensuite popularisée par des hollandais lors d’une compétition sur le lac d’Hourtin. Cette pêche utilise majoritairement des leurres souples de type Shad, finess… Redoutable sur les percidés, il est plus rarement possible de pêcher brochet, silure ainsi que Black-Bass avec cette technique. Recherchant les poissons actifs mais également ceux au repos, elle permet de faire la différence avec les autres techniques de pêche. Ainsi, en automne et en hiver ( à partir des premières gelées ), c’est la technique idéale pour décider les poissons les plus apathiques.

Dans cette pêche, les distances de lancers sont courtes, voir inexistantes ! La pêche se fait à l’aplomb du bateau, autrement dit, nous pêchons sous nos pieds !

Regardons à présent le matériel et les techniques de base nécessaires pour exercer cette technique en toute simplicité !

 

9 bases indispensables

 

Utiliser un ensemble adapté

 

Sur le marché, il existe deux types d’ensemble : le casting et le spinning. La verticale peut se pratiquer avec ces deux types d’ensemble. Cependant, le casting apporte plus de fonctionnalité et est également plus pratique. En effet, il ne nécessite qu’une seule main pour contrôler canne et moulinet, et offre ainsi plus de liberté. Notre deuxième main est libre pour contrôler notre embarcation ou tout simplement pour être réchauffée dans la poche.

Pour pêcher en verticale, une embarcation sera la bienvenue ! Ainsi, des cannes à action fast ( action de pointe ) ne dépassant pas les 2 m seront à privilégier. Des cannes trop grandes fonctionneront correctement mais vous encombreront d’avantage. Concernant leur puissance, j’aime conseiller des 5-30 g ou 10-40 grammes. Cette tranche de puissance vous permettra d’être polyvalent et donc de pêcher avec des leurres de masse assez différente. Une canne trop puissante n’est d’aucune utilité car en verticale les lancers ne sont pas importants.

Le moulinet n’est pas l’élément le plus important. En effet, il ne représente qu’une réserve de fil. Ainsi, un moulinet taille 2000 à ratio rapide est selon moi un bon compromis !

 

Corps de ligne, bas de ligne

 

Une tresse en verticale est indispensable. Son absence d’élasticité et son tressage fin permet de ressentir les moindres gratouilles d’un sandre timide. Une tresse 8 brins entre 12 et 14/100 convient parfaitement. Préférez une tresse 8 brins qui “coupera” d’avantage l’eau et pêchera sans difficultés en présence de vent ou de courant.

Le bas de ligne est très important car il apporte finesse et discrétion à votre pêche. Pour la pêche du sandre, j’utilise un fluorocarbone en 25/100 d’une longueur d’une à deux fois celle de la canne. Vous pouvez utiliser un bas de ligne plus fin pour la pêche des perches. Cependant, si vos spots abritent de beaux brochets, préférez un bas de ligne de 25/100 voir plus. Certaines personnes ajoutent une trentaine de fluorocarbone en 60 voir 80/100 au bout de leur ligne à l’aide d’un noeud de grinner. Ce montage apporte une meilleure résistance mais nuit à la discrétion de la ligne. Préférez dans un premier temps un fluorocarbone en 25/100 et adaptez si besoin est.

 

Agrafes ou pas agrafes ?

 

J’ai tendance à préférer une ligne sans agrafe pour apporter discrétion et solidité à ma ligne. En effet, l’agrafe représente un élément fragile sur notre ligne susceptible de s’ouvrir lors d’un combat avec un beau poisson ! Deuxième point positif que je vois : l’absence d’émerillon ou d’agrafe oblige le pêcheur à réaliser ses noeuds de façon régulière, notamment le noeud cuiller dans ce cas présent. Ainsi, après quelques sorties de pêche, changer un leurre sans agrafe deviendra aussi rapide qu’avec.

 

Posséder une embarcation

 

Marque de fortune !

Ma veille barque toujours aussi efficace !

 

 

Pêcher en verticale nécessite d’être sur l’eau pour pêcher à l’aplomb du bateau. Posséder un float tube ou une barque permettra de pêche correctement en mettant toutes les chances de son côté. Si vous n’avez pas d’embarcation, la pêche à la verticale vous n’est pas impossible mais il sera difficile d’aller chercher les poissons en profondeur, notamment en lac.

 

 

 

Posséder un moteur, un sondeur

 

La possession d’un sondeur est selon moi indispensable pour la pêche à la verticale. Non pas pour repérer le poisson et l’harponner 😤, mais simplement pour étudier la topographie du fond. Ainsi, il est intéressant de repérer des zones rocheuses, la présence d’arbres immergés … Sans sondeur, la pêche est plus difficile et délicate. Il vous faut tâtonner le fond à l’aide de votre leurre. Une excellente connaissance de son matériel permet cette analyse. Mais il est préférable de posséder un sondeur pour ne pas pêcher une après midi entière sur un sol plat et vaseux.

Pour réaliser de belles dérives, le moteur est idéal. Vous pouvez également vous aider du vent pour faire des dérives naturelles. Attention, contrairement à ce que beaucoup de personnes peuvent penser à son sujet, la pêche à la verticale est une pêche mobile et non fixe. Grâce aux nombreuses dérives, elle prospecte beaucoup de terrain.

 

Privilégier les hameçons texans

 

Un hameçon particulier : le texan !

Un hameçon texan !

Depuis quelques années, l’hameçon Texan fait de plus en plus de bruit. Sa particularité ? L ’hameçon est caché à l’intérieur du corps du leurre souple. Ainsi, avec ce type de montage, votre ligne s’accrochera beaucoup moins et la pêche sera plus agréable.

Oui mais, si l’hameçon est caché dans le corps du leurre, comment le poisson fait-il pour se piquer correctement ? C’est une bonne question ! Tout simplement, ces hameçons présentent une hampe large et arrondi permettant lors de l’attaque, de dégager la pointe de l’hameçon !

 

Repérer la profondeur de pêche

 

Avant de tremper vos leurres en quête du sandre record, il est utile de prendre connaissance de la profondeur de pêche. Elle représente la couche d’eau réunissant toutes les conditions pour que le poisson s’y sente bien. Pour la repérer, le sondeur est notre plus grand ami. Il vous suffit de naviguer sondeur allumé et repérer à quelle profondeur se trouve les poissons signalés par le sondeur.

Bien évidemment, vous ne devez pas naviguer dans 3 mètres d’eau mais bien dans une dizaine de mètres.

Si la majorité des poissons se trouvent entre 9 et 11 mètres de profondeur, vous devrez pêcher des spots où le fond se trouve entre 9 et 11 mètres d’eau, c’est aussi simple. Cependant, attention, la profondeur de pêche peut varier subitement d’un jour à l’autre. Bien entendu, cette étape semble délicate voir impossible sans l’aide du sondeur…

 

Diversifier vos leurres

 

Une belle boite de leurres souples !

Un assortiment de leurres souples.

Le sandre est un poisson difficile à capturer et surtout très sélectif. Vous devez trouver LE leurre qui fonctionne pour le jour de votre sortie de pêche. Pour cela vous l’aurez compris, vous devez posséder une belle diversité de leurres souples. Variez la taille, la couleur, la texture, la forme voir même l’odeur avec différents attractants. J’aime pêcher une vingtaine de minutes avec un leurre et le changer si je n’obtiens aucun résultat. Je change ainsi de leurre jusqu’à trouver celui qui rend les poissons véritablement fous !

Il est important de toujours vous remettre en question. En effet, le bon leurre ayant donné de bons résultats hier ne fonctionnera sûrement pas aujourd’hui ! Il ne faut pas se reposer sur ses acquis !

Analysez le comportement des sandres pour faire une sélection dans vos leurres. Si les touches ne sont pas franches, c’est que le leurre qui leurs est présenté ne leurs correspond pas pleinement. À contrario, si le leurre est coffré ( entièrement avalé par le poisson ), c’est un très bon signe car cela témoigne de l’efficacité du leurre ce jour !

 

1 mètre = 1 gramme

 

Quel grammage dois-je utiliser ? Malheureusement, tout dépend du spot de pêche, des conditions climatiques, de la présence de courant etc … Cependant, j’aime conseiller la règle suivante : J’utilise une tête plombée ( TP ) de 1 gramme pour 1 mètre de profondeur. Ainsi, Dans 10 mètres d’eau, j’utiliserai une TP de 10 grammes. Bien évidemment, ce lestage est à modifier en fonction du courant, de la météo etc … Si le spot de pêche présente un courant régulier et soutenu, une TP plus lourde sera nécessaire pour bien pêcher sous nos pieds ( bien verticalement ).

 

Pensez à laisser un commentaire si vous avez besoin d’une précision ou à l’inverse souhaitez en apporter une, et partager votre expérience !

Et n’oubliez pas de partager l’article !

 

Partager L'Article :
  •  
  •  
  •  
  •